68 logements à La Courneuve

Localisation :

 La Courneuve (93)

Maîtrise d'ouvrage :

 Kaufman & Broad - Imestia

Surface :

 4.900 m² 

Statut :

 Concours lauréat / études en cours

 perspectiviste: Besson images

Articuler les échelles, prolonger les parcours

Prolongeant l’actuelle rue Lépine vers le square Montessori, l’axe structurant du projet fait à la fois la couture entre des entités existantes et constitue le cœur partagé du projet.
La volumétrie générale, par un épannelage progressif, réduit la densité perçue sur rue et articule les différentes échelles urbaines existantes, du pavillonnaire au collectif. A l’échelle de l’îlot, cette variation volumétrique matérialise une diversité de modes d’habitats, de l’individuel avec jardin sur rue, à l’intermédiaire avec de généreuses terrasses en gradins successifs, jusqu’au collectif en cœur d’îlot.
Chaque logement, en plus de généreux espaces privatifs, profite de trois entités paysagères communes, potager partagé sur l’axe principal, cœur d’îlot à voir ou à traverser, noue paysagère en limite, ainsi que d’une terrasse partagée pour le bâtiment social.

Ces espaces paysagers sont reliés par un socle déclinant l’usage de la brique, neuve ou de réemploi, selon les situations. La brique, matérialise à la fois l’ancrage dans le site, synonyme de pérennité, et renforce l’identité du lieu en traçant un fil conducteur depuis le tissu pavillonnaire jusqu’au square Montessori et l’église Saint-Yves en briques.

L’ensemble de l’opération est conçu autour d’une trame qui rationalise et simplifie la mise en œuvre de la construction. Le choix d’une structure poteau-poutre et dalles e,n béton offre un maximum de flexibilité pour l’habitant dans l’aménagement de son appartement, évolutif au gré des parcours de vie. Les façades réalisées en murs à ossature bois isolés avec doublage thermo-acoustique intérieur et panneau de fibre de bois extérieur améliorent la thermique du logement et favorisent le phénomène de déphasage et donc de confort d’été. L’enduit à la chaux, reprenant le langage commun du quartier, souligne avec sobriété la richesse volumétrique de l’opération. Des profilés métalliques assoient les percements et mettent en valeur le découpage et la richesse des décalages des volumes.